Jim Morrison poèmes (1)

Publié le par Christine Bessa

Se poser et écouter le poète disant son texte, 

sans forcément tout comprendre,

s'imprégner de son phrasé,

de ses longues pauses,

du poids qu'il donne à chaque mot et à chaque phrase,

voilà ce que je vous propose avant de passer à la découverte d'autres textes à lire, accompagnés de la traduction française.

Procéder ainsi m'a permis d'entrer petit à petit dans l'univers poétique attirant de Jim Morrison, mais dont l'accès est souvent difficile.

"...comme il ne tend que rarement la main au lecteur, c'est à ce dernier de faire un effort pour parvenir jusqu'à lui au fil des poèmes dont les formes variées le conduiront, depuis la simplicité d'un haïku japonais jusqu'à l'obscure écriture automatique. "

( Patricia Devaux, traductrice des poèmes du recueil "La nuit américaine"Christian Bourgois éditeur)

...alors, si même elle le dit....

Personnellement, j'aurai préféré que le piano n'accompagne pas la voix de Jim Morrison dans la vidéo ci-dessus...C'est un peu lourd pour moi, mais j'admets que c'est bien fait.

(... je n'ai pas retrouvé le texte déclamé dans cette vidéo.)

 

Ceci dit: 

En deuxième partie, voici un autre texte, à lire cette fois.

Jim Morrison met des mots sur ce que j'ai souvent ressenti...

Le temps passe et, à chaque seconde, nous devenons autre...Isn't it?

Time works like acid
Stained eyes
You see time fly
 
The face changes as the heart beats
and breathes
 
We are not constant
We are an arrow in flight
The sum of angles of change
 
Her face changed in the car
eyes and skin and hair remain
the same. But a hundred similar
girls succeed each other
 
Jim Morrison

("La nuit américaine"Christian Bourgois éditeur)

 
traduction:
 
 
Le temps travaille comme un acide
Les yeux entachés
tu vois le temps s’enfuir
 
Le visage change tandis que le coeur bat
et respire
 
Nous ne sommes pas constants
Nous sommes une flèche en vol
La somme des angles de variation
 
Dans la voiture son visage changea
yeux et peau et cheveux demeurent 
les mêmes. Mais cents filles
semblables se succèdent
 
Jim Morrison

(traduction inspirée par"La nuit américaine"Christian Bourgois éditeur)

 

Le poème avec la traduction vis-a-vis

Je profite de ce poème pour élargir mon vocabulaire...

to stain (= tacher, colorer, teindre, souiller, salir, ternir, entacher... il y a le choix...)

an arrow (= une flèche)

to remain (= rester, demeurer, subsister)

 

Je vous l'avoue, je trouve parfois  que la tortue est insensée de se pencher sur de la poésie pour apprendre l'anglais...Elle qui ne connaissait ni l'anglais ni la poésie...

Et pourtant, elle découvre, elle découvre...

C'est parfois l'incompréhension totale...

Il y a quelques matins difficiles et pourtant...

Elle va continuer son chemin!

Incroyable!

A bientôt!

 

 

 

Publié dans Jim Morrison

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article